LEXICARABIA

LEXICARABIA

Faire le mur

Faire le mur

faire le mur.jpg
Composée du verbe faire et du substantif mur, cette expression, datant du XXe siècle, signifie « s’échapper » que ce soit d’une maison de détention, d’une pension ou du domicile familial. C’est au propre aller au-delà du mur en fugitif ou sans autorisation. Cette locution est la variante de l’ancienne formule familière  sauter le mur, c’est-à-dire « sortir sans permission ».

Le mot mur vient du latin murus qui est peut-être d’origine étrusque. Le verbe faire vient du latin facere, est à la fois un verbe transitif comme c’est le cas dans la locution faire le mur et intransitif (Cette paire de chaussures lui a fait deux ans. Il a fait cinquième au concours), verbe pronominal (se faire une idée, des idées, des illusions) , verbe auxiliaire (toujours suivi d’un infinitif : faire tomber un verre) et verbe substitut ( faire remplace un verbe qu’il faudrait répéter : « Après m’avoir engraissé comme on fait les oies », Mérimée, Lettres Panizzi, t.2, 1870, p. 127).

Faire le mur semble s’inscrire dans un réseau de locutions telles que être logé entre quatre murs « être enfermé, mis en prison »,  être dans ses murs « être chez soi », battre les murs « vaciller d’un côté à l’autre de la rue comme un homme ivre », raser les murs « marcher le plus près possible du mur en se dissimulant, se protégeant », être, se trouver le dos au mur « être dans l’impossibilité de fuir, de reculer, d’échapper à une situation », être au pied d’un mur sans échelle « manquer une affaire, une entreprise pour ne s’être pas pourvu de ce qui était nécessaire », mettre quelqu’un au pied du mur « le forcer à prendre un parti, ou bien le réduire à ne pouvoir rien répondre », être dans ses murs « être propriétaire de son logement ou de son magasin », etc. 



24/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres