LEXICARABIA

LEXICARABIA

La thébaïde de mon rêve

A.Bakkali

 

« Déjà il rêvait à une thébaïde raffinée, à un désert confortable, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l'incessant déluge de la sottise humaine. »

Huysmans, À rebours, 1884, p. 9

 

 

J'ai un attrait irrésistible pour la thébaïde. 

Seul, loin de tout bruit, de tout contact irritant, de tout spectacle stressant, de toute lutte intestine pour le ventre, de la cupidité, de toute hypocrisie criarde, loin de la stupidité, de l'injure gratuite, loin aussi et surtout de la pagaille politique, de la bêtise partisane, de la décrépitude éducative, du mensonge médiatique, de la connerie populaire, des crimes de voyous lâches et lâchés sur une population paralysées par une peur indéfinie.

Je serais loin de cette société aigrie par l'ignorance et la bassesse.

Je quitterais sans aucun regret les rues tapageuses occupées par une jeunesse sans titres, des vagabonds qui ternissent ce qui reste de l'image de ce pays, de malades mentaux habillés en haillons, de mendiants qui se multiplient jour après jour. Je serais débarrassé une fois pour toutes de ce spectacle de misère devant lequel je suis désarmé. J'effacerais toutes ces images de ma mémoire pour ne garder que celles que m'offre généreusement ma thébaïde.

 

Je m'éloignerais sans aucun regret de ces arrivistes qui se prennent au sérieux. 

Je renaîtrais loin de toute corruption, de toute promesse non tenue.

Je serais en contact direct avec la nature, la biodiversité, la vie à l'état brut.

Je vilipenderais l'injustice, la vilenie, l'outrecuidance. 

Je condamnerais haut et fort la discrimination, le racisme, la guerre, la famine, l'impérialisme, le sionisme.

J'apprendrais seul face à moi-même ce qu'est la vie, ce qu'est la mort. 

Je développerais mes propres qualités. 

Je corrigerais, sans l'aide de personne, mes défauts. 

Je ne me fierais qu'à l'appel de mon cœur. 

La nature m'aidera sans doute à sortir du moi acquis au profit d'un moi renaissant. 

Je comprendrais ce que signifie liberté, droit, nation, communauté. 

Je serai moi et non pas un double qui m'éclipse et me suffoque. 

Je lèverai ma main vers le ciel et je prierai sans témoins.

 

 

 



25/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres