LEXICARABIA

LEXICARABIA

Libère-toi

 

 

Cours, amasse, cache ton trésor,

Le trépas te guette à bras-le-corps.

Elle inhumera l'or que tu adores, 

Ou lynché par la fripouille que tu abhorres.

 

CA350F13-0173-41D5-8417-A14A1DECCD9C.jpeg

La mort dissipe vite le stratus de l'espoir 

Et te précipite dans les crocs du désespoir.

Ne te laisse pas bercer par cette espérance !

Lutte contre le mirage et l'errance!

L'or cumulé brille pour l'âme égotiste ;

Insipide pour le souffle quiétiste.

Vis et maudis l'envoûtant Veau d'or !

Et plane libéré de ce joug tel un condor. 

Ni l'opulence ni non plus l'indigence 

Sont des remparts contre cette puissance.

La raison éclaire, la passion subjugue;

Le métal jaune aliène, l'intellect distingue.

Choisis donc ta voie dans ce diptyque,

Et vogue sur un océan polyptyque.

Là gît le bonheur que tu cherches,

Et auquel fébrilement tu t'accroches.

La quiétude ne porte pas de masque doré;

Mais s'habille d'une longue robe azurée. 

Profites-en et oublie le jaune envoûtant, 

Sans pour autant s'inquiétant 

De ce voluptueux élan bienfaisant. 

A. Bakkali 

 



11/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres