LEXICARABIA

LEXICARABIA

Ville agonisante ou Tanger en danger

 

Ville d'éclatante lumière vêtue  de blanc ;

Le grand bleu d'azur coule à ses flancs.

Une ceinture végétale hisse sa splendeur

Qui abrite blanc, bleu et vert rieurs.

Des couleurs de netteté, ordre et droit,

Attributs saillants d'une ville en proie

À la cupidité de charognards aux abois.

 Tanger.jpg

Elle n'est plus cette superbe ville de rêves ;

Une subite désolation la corrode sans trêve.

Sa beauté croule, Laideur infecte émerge; 

Une triste pâle copie terrifiante afflige.

 

Ville cible de bouche à feu du désordre, 

Et que pilonnent les ennemis de l'ordre.

Ensevelie sous les décombres des tirs,

Sa ruine imminente éveille de profonds regrets.

Ses habitants abattus mis en ligne de mire,

Croupissent affligés en l'attente d'un affreux fatum

Qui propulse sa quiétude balsamique ad libitum.

 

Sa face, naguère radieuse, se noircit de fumée

Que vomissent des tankistes à allure embrumée.

Des véhicules grincent, hurlent, fument, 

Se mêlent aux passants en mélo asphyxiant.

Ce capharnaüm se meut en tempo gluant.

La stridence assourdit et répand le mal-être,

Telle une épidémie infestant tous les aîtres.

Aucune pénates n'échappe à ce dévastateur fléau 

Qui largue jours et nuits ses fétides boyaux.

Cette pourriture nauséabonde distendue,

Assiégeant la ville qui gémit seule éperdue,

Livrée à une horde rétive sans foi ni loi.

Elle impose son édit qui surgit de l'effroi.

 

Sa quiétude chancelle en une périlleuse voie,

Et l’inquiétude sourd de cet écrasant émoi.

Une nuée de fumée délétère est chose vue;

Plongeant la ville dans des ténèbres trapues.

Tintamarre, hurlement de cette armée assaillante, 

Qui propage une crasse tellement accablante.

Son égoïsme extravagant étalé en public, 

Se fout des lois, est de mœurs cyniques.

 

On ne hume tout le temps que le noir, 

La ville n'est plus qu'un horrible dépotoir.

Tout s'anéantit  sous cette pire vésanie 

À laquelle on riposte par la sourde oreille.

Et la crapule impunie sa noirceur revomit;

La ville se désagrège et s'habille de deuil.

 

                                                A. Bakkali 

 

 



18/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres