LEXICARABIA

LEXICARABIA

L'impact néologique sur la langue arabe ancienne

Abdelghafour Bakkali 

 

«On sait que l'inventaire général de l'idiome arabe classique a été dressé par les grammairiens arabes (Al-cayn, Al-Gamhara, Al-Sihah  , puis Al-Mukhassas, Lisan al-'Arab, Al-Qamus)  en ne tenant compte que des sources purement littéraires, poétiques surtout, les plus anciennes possible; leurs exemples justificatifs, ou  sawahid, réfèrent aux poètes bédouins du désert arabe, et ne vont pas au-delà du IIIe siècle de l'Hégire. Ce qui exclut des dictionnaires usuels toute la civilisation, tous les termes techniques ou istilhat (grammaire, hadit, droit, sciences) en général, tous les termes mystiques. »[1]
Louis Massignon, Essai sur les origines du lexique technique de la mystique musulmane, p. 11 

 

 

 

 

Néologie.jpg
Cette exclusion en matière de civilisation et de conceptualisation scientifique se justifie grosso modo par la conception et les visées que se faisaient de la langue arabe les lexicographes anciens. Pour eux, l’arabe authentique - ou plutôt authentifié par un travail linguistique auquel on applique une méthode d’investigation rigoureuse- est un idiome qui ne devait être altéré par aucun apport étranger voire néologique, celui notamment qu'employaient les bédouins, détenteurs de la « compétence linguistique » dite sali:qa, dans leur langage ou les poètes dans leurs chrestomathies. Cette neutralité, plutôt restriction, dans l'enregistrement des mots dans l’inventaire lexical global marque aussi une rupture avec la « diversité sémique » qu'entretiennent les grammairiens, les exégètes, philosophes, mystiques. Elle marque  aussi une attitude précautionneuse à l’égard des mots d'emprunt quelle que soit la fonction qu'ils remplissent ou les termes utilisés dans des commentaires spécifiques. Ceci n’empêche eu égard que les lexicographes émaillent sporadiquement leur macrostructure d’un certain nombre de mots issus d’un fond étranger ou accordent à ces « intrus » une étude particulière en les regroupant sui generis à la fin de leur dictionnaire.

 

La « langue cible », celle que recueillent, à bras ouverts, les grammairiens et les lexicographes, directement, ou par le biais d’informateurs "compétents"et dont la performance dans le domaine linguistique est irréfutable, du moins à leurs yeux. Ils attestent les mots de vive voix par les témoignages des bédouins isolés dans le désert, et écartent sciemment les termes néologiques ou ceux importés, parce que ceux-ci relèvent d’un usage circonstanciel éphémère et ne reflète guère le système lexical de la langue arabe ; c’est-à-dire que ces créations lexicales ont été bel et bien forgées pour un emploi spécifique, étranger au sujet parlant l’arabe authentique ou plutôt authentifié. Le lexique, dans ce cas, se spécifie - plutôt se destine - à une pratique langagière somme toute archaïque, récalcitrante à toute nouveauté dans le domaine néologique. Aussi se ferme-t-il intentionnellement à toute influence étrangère si bénéfique qu’elle soit, et se cantonne dans des pratiques linguistiques obsolètes. Mais ceci ne veut pas dire que la langue arabe ancienne s’éternise dans un emploi limitatif. Les méthodes lexicographiques adoptées à cette époque cruciale de son évolution visent à la collecte d’items lexicaux qui constituent une nomenclature débarrassée de toute influence corrosive. On voulait un arabe exempt de mots ou d’emplois étrangers ou néologiques, surtout lorsque ces mots ne s'alignent pas sur les structures schémiques de l'arabe. Cette précaution évitera la détérioration de la langue du Coran, et partant sa dénaturation au niveau rhétorique et sémantique. 

 

En dépit de cette retenue déclarée ou latente, la vague « néologisante » apporte à la langue ancienne une multitude de concepts que stimule, pour une large part, la nouvelle religion, celle qui impose au bédouin idolâtre attaché viscéralement  à son totem, et somme toute platement prosaïque, une pensée centrée sur l’unicité cosmique, une pensée orientée vers l’abstraction et l’universalisme. Or, la langue suivra ce courant et se pliera de manière malléable à cette contrainte entretenue, en premier lieu, par le texte coranique, ensuite par le discours prophétique et aussi et surtout par une rigueur scientifique venant extrapoler ces deux discours fondamentaux.

 

[1] Pour que les caractères spéciaux ne s’altèrent pas, allez à la page d’accueil, téléchargez ces caractères et installez-les dans votre PC.



06/06/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres